Lietuva - Pažymėti Lietuva

„Incoterms“:DDP
Visos kainos nurodytos su pasirinktų siuntimo metodų muito mokesčiais.

Patvirtinkite pasirinktą valiutą:

Eurai
Nemokamas siuntimas daugumai užsakymų, viršijančių 50 € (EUR)

JAV doleriai
Nemokamas siuntimas daugumai užsakymų, viršijančių $60 (USD)

Bench Talk pour les ingénieurs concepteurs

Mouser Blog | France

rss

Le blog officiel de Mouser Electronics


Vos toilettes pourraient bientôt servir à votre suivi médical Matt Campbell

(Source: Andrea Izzotti/stock adobe)

Chaque jour, nous « évacuons » une multitude d’informations sur notre santé. Malgré le caractère peu ragoûtant du sujet, l’analyse de nos déjections peut révéler de précieuses informations, entre autres sur de possibles infections, certains types de cancers, le diabète et de nombreuses autres maladies. Durant la pandémie de COVID-19, des scientifiques mesuraient la présence du virus dans les eaux usées. En recoupant ces informations avec la provenance des eaux usées, ils étaient ainsi en mesure de cartographier et de surveiller les foyers d’infection.

Bien plus qu’un simple gadget

Dans leurs versions les plus sophistiquées, les toilettes sont équipées d’instruments d’analyse comme des caméras pour observer la consistance des selles ou le flux urinaire. Les toilettes du futur devraient même pouvoir réaliser des prélèvements et des analyses de selles. L’automatisation du prélèvement d’échantillons à domicile pourrait contribuer à banaliser les dépistages de routine. Cela permettrait aussi de faciliter le suivi à long terme de patients, car les résultats seraient régulièrement envoyés chez des prestataires de santé sans que cela réclame des efforts supplémentaires de la part du patient.

Dans le cas de patients souffrant d’allergies ou d’intolérances alimentaires, l’utilisation de toilettes intelligentes combinée à un « carnet de bord alimentaire » pourrait révéler des détails importants sur les aliments déclencheurs. De nombreuses personnes atteintes du syndrome du côlon irritable (SCI) tiennent un tel journal alimentaire afin d’identifier la cause des crises. Avec un journal alimentaire se présentant sous la forme d’une application connectée aux toilettes, le système informatique des toilettes pourrait alors comparer ce qui « sort » avec ce qui a été ingéré et ainsi fournir à l’utilisateur des informations importantes sur la façon dont son organisme réagit à certains aliments. Moyennant un volume suffisant de données collectées, l’application pourrait même être mesure de déduire quels sont les éventuels aliments déclencheurs.

La surveillance continue de la santé est une tendance qui suscite l’engouement d’une certaine catégorie de consommateurs soucieux de leur santé et de leur forme physique, à tel point que dans les milieux des adeptes de la course à pied et du cyclisme, certains aiment bien plaisanter sur le fait qu’une performance qui n’a pas été enregistrée sur un appareil connecté n’a aucune valeur. Dans cette optique, on peut imaginer que certaines de ces personnes qui ne peuvent pas s’empêcher de partager chacune de leurs sorties running ou à vélo seraient probablement partantes pour rejoindre un réseau social où elles pourraient aussi partager avec leurs followers leurs performances et records personnels aux cabinets.

Comment rendre les toilettes intelligentes ?

Les toilettes intelligentes pourraient utiliser des algorithmes d’apprentissage automatique capables de définir le profil de chaque utilisateur et de lui signaler tout écart pertinent par rapport à la norme générale. En complément des algorithmes d’apprentissage automatique, des bandelettes d’analyse d’urine traditionnelles pourraient fournir instantanément des résultats fiables.

Les bandelettes d’analyse d’urine contiennent un réactif qui change de couleur en fonction de ce que l’on recherche : concentrations de pH, de glucose, de protéines ou de cétones ou présence de sang dans les urines. Il existe d’ailleurs des bandelettes d’analyse d’urine contenant plusieurs réactifs et qui offrent la possibilité de réaliser simultanément une dizaine de tests sur un même échantillonnage. Des capteurs optiques pourraient ensuite interpréter les résultats en fonction des couleurs qui apparaissant sur les bandes multitest. Les toilettes intelligentes seraient dès lors en mesure de collecter rapidement une foule de paramètres de santé à partir d’un unique échantillon d’urine. Ceci permettrait aux utilisateurs de recevoir des notifications dès que des marqueurs indiquent une suspicion d’infection urinaire, de diabète, de trouble rénal, voire de grossesse.

La conception d’un tel système risque toutefois de poser quelques problèmes sur le plan de la maintenance. En premier lieu, à quel corps de métier faudra-t-il faire appel en cas de panne de vos toilettes intelligentes ? Un plombier ou un technicien en informatique ? Plus sérieusement, les fabricants devront disposer de techniciens qualifiés et être en mesure de fournir un support client et des pièces de rechange. Enfin, l’installation de toilettes intelligentes peut nécessiter de réaliser des travaux électriques, car de nombreuses salles de bains ne disposent pas de prises électriques à proximité des toilettes.

Ce qui pourrait freiner la diffusion des toilettes intelligentes

Un tel système de toilettes intelligentes repose avant tout sur l’identification des utilisateurs. Mais comment faire pour identifier chaque « visiteur » avec certitude ? Des chercheurs de l’Université de Stanford ont imaginé une solution aussi ingénieuse que déconcertante : utiliser un scanneur qui capturerait l’empreinte unique du fondement de chaque utilisateur. Mais nous digressons…

Car le fait est que le principal problème concernant les toilettes intelligentes ne se situe pas tant sur le plan technologique que sur celui de l’acceptation sociale. Cette technologie implique en effet que les utilisateurs consentent à ce que l’on analyse leurs données les plus intimes. Pour le dire simplement, le réflexe de révulsion risque de freiner fortement la généralisation de ce type d’équipement.

Étant donné le caractère sensible des données traitées, la garantie de confidentialité est ici plus importante que jamais. Comme les informations collectées par les toilettes intelligentes seront envoyées à des fournisseurs de soins de santé, elles tombent sous le coup du secret médical. Et la dernière chose que les utilisateurs de toilettes intelligentes souhaiteraient voir arriver, c’est une fuite de ces données personnelles, ou même de recevoir des publicités ciblées en fonction de leur profil utilisateur. Les données collectées devront donc nécessairement être chiffrées avant que les toilettes intelligentes ne puissent les transmettre à une base de données par l’intermédiaire d’un réseau non filaire.

La surveillance continue des selles pose également un problème sur le plan éthique. Ce type de toilettes pourrait en effet aussi déceler la présence d’alcool, de drogue ou de médicaments, mais ce sont là des informations personnelles que la plupart des utilisateurs ne souhaitent généralement pas transmettre. Par ailleurs, admettons que vous soyez en visite chez quelqu’un qui possède des toilettes intelligentes : existe-t-il un mode « opt-out » qui vous permettrait de désactiver le mode intelligent pour utiliser les toilettes de manière classique ?

Aussi, il va de soi que les appareils électroniques qui composent un tel système doivent rester propres et bien calibrés afin de continuer à fonctionner de façon optimale. Or, les toilettes sont ce que l’on appelle un environnement extrême pour des applications électriques ou électroniques. Les connexions et les composants doivent par conséquent être parfaitement étanches afin d’éviter l’humidité. Enfin, les toilettes ne sont pas non plus un milieu stérile. Il y a donc un risque réel de contamination des tests et de faux positifs.

Conclusion

En passant outre le dégoût que peut inspirer le sujet de nos déjections, il faut bien admettre qu’il est dommage d’évacuer systématiquement une telle mine d’informations. Les toilettes intelligentes pourraient devenir un bel outil de diagnostic et de mesure de certains paramètres de santé. Cependant, le principal obstacle à la généralisation de cette technologie est l’acceptation des utilisateurs, lesquels doivent consentir à ce que l’on analyse ce qui fait après tout partie de leurs données à caractère personnel les plus intimes.

Pour en savoir plus sur la façon dont les toilettes intelligentes peuvent devenir un outil de mesure avancé dans le domaine de la santé, consultez l’article complémentaire de Mouser.

 



« Retour


Matt Campbell's Blog

Afficher les articles par date